VIDÉOS PÉDAGOGIQUES



PORTRAIT VIDÉOS MICHEL POLNAREFF

Cette page présente une sélection de vidéos concernant les différentes facettes de Michel Polnareff de sa musique jusqu'au sosie.


DÉBAT ENTRE MICHEL POLNAREFF, CHRISTIAN CHERET ET MARTINE GELIOT

Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de poursuivre la consultation de cette page. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.nomade.pianoweb.fr". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "pianoweb.fr"

Michel Polnareff presque à ses débuts, sans lunettes (entre autres) est en prise avec deux musiciens classiques, Christian Cheret et Martine Geliot. Ce mini-débat, issu d'une émission du temps de l'O.R.T.F (Les jeunes invités de la musique - 1967) offre la possibilité à Michel Polnareff d'expliquer sa position, son regard et ses choix dans la musique.

Ce pauvre Michel Polnareff d'un ton bien gentil, tente de répondre de façon la plus sincère aux remarques concernant son passage de la musique "classique" à la musique de "variété", évoquant entre-autre un problème que je connais bien en tant qu'enseignant, le désir d'émancipation du musicien à l'adolescence : fuir les morceaux imposés… changer de cap et la volonté de devenir autonome en créant. De même, il parle de la marginalité comme d'un atout, pou montrer aux autres que cela ne rime pas avec échec.


LES JEUNES INVITÉS DE LA MUSIQUE (1)


Ce mini-débat aborde des sujets qui mériteraient approfondissement : doit-il toujours exister une fracture entre les différents courants artistiques ? Doit-on les opposer ou les comparer ? Est-ce que la vision, la valeur de l'art chez l'artiste doit-être différente de la position du public ?

Aujourd'hui plus de 50 ans après, tout cela a-t-il changé ? Ces questions sont toujours sans réponses, parce que d'une façon générale l'artiste est individualiste et à tendance à se "cloisonner" dans son univers, qu'il soit classique, variété, jazz ou autres. Prendre la musique comme une entité est bien difficile. Il est plus facile de la morceler. Cela donne un moyen à l'auditeur lambda d'y voir plus clair et par conséquence de cataloguer l'artiste dans un domaine précis et pour l'artiste un moyen de fidéliser un public. Tout le monde s'y retrouve. Même dans le dérivatif, l'homme a besoin de sécurité existentielle.


LES JEUNES INVITÉS DE LA MUSIQUE (2)


LOVE ME, PLEASE LOVE ME

L'introduction pianistique de "Love me please love me" est célèbre et a contribué à la popularité de ce morceau. De nombreux pianistes d'aujourd'hui aiment encore jouer ce morceau plus de 40 ans après sa création. Ses passages démonstratifs basés sur des descentes d'arpèges permet d'identifier tout de suite ce morceau aux couleurs "bluesy".

Dans cette version télévisée de la fin des années 1960, Michel Polnareff, peut-être pour s'éloigner de cette version quelque peu "académique", ignore les fameuses descentes en arpèges et accentue plutôt le jeu blues, osant même prendre un petit chorus pendant que le chef d'orchestre bat la mesure.


MUSIQUE DE FILMS

Michel Polnareff pendant son premier séjour aux Etats-Unis dans les années 1970 a tenté avec plus ou moins de bonheur l'aventure de la musique au cinéma. Le voici interviewé au moment où il travaille sur la bande son du film Lipstick (1976, réalisation Lament Johnson).

Pour ceux qui ont connu le compositeur à travers d'autres musiques de films ("La folie des grandeurs" (1971), "La vengeance du serpent à plumes" (1984) de Gérard Oury), hormis un titre à couleur commerciale et quelque peu disco, l'ensemble de la bande son se veut électro-acoustique, bien loin du Michel Polnareff auteur de chansons à succès.

La musique de "Lipstick" est pour lui une façon de montrer à ceux qui en doutaient, ses qualités de compositeur. Grâce aux moyens qui lui sont donnés, le musicien sort ses griffes et propose de faire entendre une longue suite orchestrale au ton agressif intitulé "Lipstick montage". Ce sont les répétitions en studio d'un des passages de ce morceau qu'il vous est proposé de voir dans cette vidéo.

LIPSTICK (reportage)


MICHEL POLNAREFF ET SA SOSIE

Si l'on dit à un passant : un chanteur avec des lunettes noires cerclées de blanc et des cheveux longs frisés et blonds… cela vous fait penser à qui ?... il y a de forte chance qu'il réponde Michel Polnareff.

Comme de nombreux artistes populaires, Michel Polnareff a hérité de sosies plus ou moins crédibles. Pour le film "Podium", le metteur en scène Yann Moix a choisi l'acteur Jean-Paul Rouve pour incarner Michel Polnareff. Campé de lunettes noires et d'une perruque blonde, le choix est excellent et aussi crédible que chez d'autres… pour qui le rôle est souvent pris plus au sérieux.

Le monde des artistes fascine et certaines personnes n'hésitent pas aller jusqu'à l'absurde pour s'accaparer des vêtements ou des objets appartenant à des stars du show-business. Ici, un téléphone appartenant à Claude François et acheté par Benoît Poelvoorde... Fascinant le culte de la personnalité, non ?


SOMMAIRE 'VIDÉOS PÉDAGOGIQUES'
 >


SOMMAIRE 'ESPACE MÉDIA'
 >


 HAUT DE PAGE 


PIANOWEB.FR
Portail sur la musique et les claviers